<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d11715490\x26blogName\x3dAutres+soleils,+autres+mondes...\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttps://autresmondes.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://autresmondes.blogspot.com/\x26vt\x3d-2878529239710638821', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

21 avril 2006

Bêta Pictoris, un regard sur notre génèse...

Bêta Pictoris est une jeune étoile chaude (type Véga) de 1,8 masses solaires située à 60 années-lumières.
Son âge est estimé à 20 millions d'années. Elle est facilement visible à l'oeil nu dans l'hémisphère sud.



En 1983, IRAS(satellite d'observation en infrarouge) détecte un excès infrarouge "autour" de l'étoile, dûes à des poussières microscopiques.
Depuis, le disque de Bêta Pictoris a été observé par de nombreux télescopes, et, améliorations technologiques aidant, les infos recueillies sont de plus en plus éclairantes sur ce qui se trame autour de l'étoile.

Ces observations ont permis =>

=> de mettre en évidence la présence de comètes dans le système; de nombreuses s'évaporent quand elles se rapprochent trop de l'étoile

=> de découvrir des asymétries dans le disque, très certainement dûes à des planètes (joviennes)

=> d'émettre l'hypothèse que les poussières (causes de l'excès IR évoqué ci-dessus) sont renouvellées constamment par des collisions entre planétésimaux/astéroïdes

[Définition de "planétésimal" :
Petit corps solide de taille kilométrique formé au sein d'une nébuleuse, entrant habituellement dans le processus de formation d'une planète. ]


Cette dernière idée selon laquelle des collisions ont lieu régulièrement entre planétésimaux vient d'être renforcée par des observations faites par le télescope japonais Subaru (miroir de 8 mètres).
Les poussières résultant des collisions ont, selon l'équipe découvreuse, des tailles de l'ordre du micromètre.

Bref, Bêta Pictoris est une jeune étoile qui possède un système planétaire très jeune ou en encore en formation.
Les collisions entre planétésimaux sont fréquentes, preuve que la jeunesse d'un système planétaire est assez agitée et violente.
Les collisions entre planétésimaux permettent la formation des planètes telluriques ; c'est peut-être aussi cette formation que l'on "voit" en ce moment autour de Bêta Pictoris !

C'est notre jeunesse et génèse que l'on étudie en observant l'environnement circumstellaire de Bêta Pictoris...
Cette étoile continue et continuera à être étudiée...

Le disque de de Bêta Pictoris est vu par la tranche depuis la terre.
(Credits: J.-L. Beuzit et al. Grenoble Obs./ESO)

Plus d'infos :
=> Un dossier en français consacré à Bêta Pictoris

=> Article(anglais) sur la découverte du télescope Subaru